La Princesse de Massangam

Des flèches ainsi que des lances se mirent à pleuvoir sur l’énorme  reptile. C’est à ce moment-là que la princesse de Massangam vit distinctement le gigantesque saurien qui se posait à l’endroit exact d’où elle venait de bondir. Elle rassembla son dernier courage et se saisit de son pendentif, puis l’agita vigoureusement. L’effet fut immédiat.

________________________________________________________

Arrows as well as spears rained on the huge reptile. It is at that moment that the princess distinctly saw the gigantic saurian that was standing exactly on the spot from which she had jumped. She mustered her last courage and got hold of her pendant, then shook it vigorously. The effect was immediate.

La princesse de Massangam (conte)

Yaoundé : Editions Tropiques, 2006

ISBN  9956-10-026-9

www.afrilivres.com

 

 

La princesse massangam

La princesse massangam

Une réponse à to “La Princesse de Massangam”

  • Linda VALLEE:

    Bonjour!

    Par lequel de vos livres conseilleriez-vous à une nouvelle lectrice de commencer?

    Bien cordialement,

    LV

Laisser un commentaire


− 4 = null

Proverbes africains

La honte tue souvent plus vite que la maladie et l’épée.

Un vieux, même assis voit mieux et loin qu’un jeune debout.

Un baobab ne tombe point sans entraîner dans son sillage des collatéraux.

Si le chien aboie, ce n’est pas parce qu’il est fort, mais parce qu’il a peur.

Quand tu sais que ton voisin est voleur, confie lui tes économies. Tu seras à l’abri.

Le vendeur de chien dit toujours que son chien chasse tout, même l’épervier et la mouche.

Si un jour tu trouves un orphelin dodu sache que la cuisine de ses tuteurs était mauvaise.

Si tu fends la kola dans la poche tu enterreras seul ta mère.

Un bébé qui ne pèse pas lourd trouve toujours quelqu’un pour le porter.

Le rat palmiste ne raconte pas les ténèbres.

Celui qui a tué la perdrix se couche avec la perdrix.

On dépèce le varan au sommet de la colline.

On ne choisit pas la semence dans le grenier d’autrui.

La petite marmite qui va d’étagère en étagère ne tarde pas à se casser.

On ne cache pas sa nudité lorsqu’on accouche.

C’est l’eau qui lave le poisson qui le prépare finalement.

Que les buffles forment leur groupe et les éléphants le leur.

Le pardon est allé prendre l’éléphant au fond du fleuve.

Quand la pluie retourne chez elle, elle insulte l’anus de sa mère.

La parole court plus vite que la lance.
Mots clés