Archive pour la catégorie ‘Articles’

L’Univers épique entre l’histoire . . .

“L’Univers épique entre l’histoire et le narré” in Marcelline Nnnomo et al. Rupture et transversalité de la littérature camerounaise. Yaoundé, CLE, 2010, pp. 33-46.

Paru chez AUF-Editions

“Du développement de la recherche dans les littératures, langues et cultures nationales en francophonie” in Littératures au Sud. Marc Cheymol (éd). Préface de Bernard Cerquiglini, Postface de Souleymane Bachir Diagne. P aris, AUF-Editions des Archives contemporaines, 2009, pp. 105-112

Propositions didactiques pour la construction des compétences professionnelles…

“Propositions didactiques pour la construction des compétences professionnelles chez les futurs enseignants du secondaire en vue de la réussite de l’enseignement du groupement de textes francophones au Cameroun” in Dialogues et cultures No 55, Faire vivre les identités francophones. Enjeux pédagogiques et didactiques. 2010. pp.1531-1544.

L’enfant dans la construction de l’épique dans le Mvett de Tsira Ndong Ndoutoume

Lire la suite de cette entrée »

Poétique de figuration et satire sociale : le cas de l’épopée Ziguila du Nord-Cameroun

Lire la suite de cette entrée »

Proverbes africains

La honte tue souvent plus vite que la maladie et l’épée.

Un vieux, même assis voit mieux et loin qu’un jeune debout.

Un baobab ne tombe point sans entraîner dans son sillage des collatéraux.

Si le chien aboie, ce n’est pas parce qu’il est fort, mais parce qu’il a peur.

Quand tu sais que ton voisin est voleur, confie lui tes économies. Tu seras à l’abri.

Le vendeur de chien dit toujours que son chien chasse tout, même l’épervier et la mouche.

Si un jour tu trouves un orphelin dodu sache que la cuisine de ses tuteurs était mauvaise.

Si tu fends la kola dans la poche tu enterreras seul ta mère.

Un bébé qui ne pèse pas lourd trouve toujours quelqu’un pour le porter.

Le rat palmiste ne raconte pas les ténèbres.

Celui qui a tué la perdrix se couche avec la perdrix.

On dépèce le varan au sommet de la colline.

On ne choisit pas la semence dans le grenier d’autrui.

La petite marmite qui va d’étagère en étagère ne tarde pas à se casser.

On ne cache pas sa nudité lorsqu’on accouche.

C’est l’eau qui lave le poisson qui le prépare finalement.

Que les buffles forment leur groupe et les éléphants le leur.

Le pardon est allé prendre l’éléphant au fond du fleuve.

Quand la pluie retourne chez elle, elle insulte l’anus de sa mère.

La parole court plus vite que la lance.
Mots clés